logo Bannière veknfrance
Envoyer un e-mail à V:EKN France Consulter le plan du site administration du site Retour a la page d'accueil

Vous êtes ici : Un peu de littérature > N°2. Le Gangrel contre-attaque

Associations V:EKN
 

Les associations, les équipes et les projets.


Decks
 

Palmarès et classement français
 

Règles et aides de jeu
 

Tournois
 

Tournois internationaux
 

Les informations, articles et photos sur les championnats continentaux.


Un peu de littérature
 

mercredi 21 juillet 2004
N°2. Le Gangrel contre-attaque
par Karl Standford


Angus était dans une merde noire.

Sa combinaison l’empêchait de se mouvoir avec la grâce dont il faisait si souvent preuve, malgré des circonstances difficiles. Mais là, c’était trop. L’arche spatiale de Thanos était suffisamment déconcertante à elle seule, avec son architecture lovecraftienne d’autant plus dérangeante qu’elle était associée à des symboles phalliques qui n’avaient décidément rien d’humain. Il risquait de regretter le moindre faux pas. Il avait bien pressenti un mauvais coup, pourtant. Son maître avait le regard du Tentateur, dont l’éclat évoquait les fausses promesses de festin, prémisses d’un coup fourré dont il avait le secret ; mais Angus ne manquait jamais de tomber dans le panneau. Il avait un souvenir horrible de son dernier bain, mais à tout prendre une baignoire serait préférable à la situation actuelle. Enfin, sauf cette baignoire, bien sûr...dont s’échappaient des râles annonçant le moment ou jamais de lever le camp.

Angus se faufila dans la coursive menant au vide-ordures. Cette partie du plan n’avait clairement guère présenté d’arguments marketing pour le convaincre, mais il est vrai que le Lien était trop fort. En voyant l’ouverture béante de sa capsule, Angus se surprit à pousser un soupir de soulagement : il serait bientôt de retour, en fin de compte. Aucune raison de s’affoler. Son instinct animal était sans doute exacerbé par cet environnement contre nature.

L’esquisse du mouvement vers la capsule salvatrice fut concomitante avec le rappel d’un souvenir, si brusque qu’il ne pouvait provenir que d’une forme d’hypnose. Angus était sur la montagne avec le 9ème immortel. C’était avant le lien avec son maître, une partie enfouie de son passé dont le maître n’avait connaissance. C’était une initiation...une forme de prescience mariée à une perception temporelle qu’Angus avait peu ou prou assimilé à sa propre danse de mouvements, unique en son genre. Il se souvenait l’avoir fièrement baptisée l’Angus time avant que le lien ne l’arrache au 9ème immortel.

Cet éveil lui sauva la vie, en entendant le claquement des pinces avant même que le homard n’eut conscience qu’un intrus était parvenu dans son secteur. Angus sut clairement que de proie, il devenait prédateur, en se jetant sur le crustacé avec une brutalité hystérique, cette dernière portant manifestement la griffe de son nouveau maître. Autant prendre le meilleur de chaque monde...

Le bref combat ne fut pas un modèle de discrétion. Angus sauta dans la capsule et appliqua les instructions du valet pour rentrer chez lui. La capsule se détacha du vide-ordures, provoquant une brève sensation de déjà vu.

********************************************************

Othep, pour ce qui lui semblait la millième fois, épongea les gouttes de sueur qui lui constellaient le visage. Le froid était pourtant glacial et le regard constamment braqué sur lui était polaire. Cillait-il jamais ?
Heureusement, l’arrivée de la capsule rompit le silence qui devenait de plus en plus pesant. Il put au moins cesser de se demander à chaque instant si sa vie allait s’arrêter sur l’heure. Mais il n’était pas encore tiré d’affaire...encore fallait-il que l’occupant de la capsule soit encore en vie.

Angus sortit en se démenant comme un diable. Son maître comprit et déchira sa combinaison avec ses puissantes, velues et griffues mains. Othep frémit. Des mains comme des battoirs. Les différentes façons dont sa tête pourrait finir broyée entre elles furent évoquées avec suffisamment de détail et de conviction pour qu’Othep rédige son testament. Il adressa une nouvelle et silencieuse prière à son dieu.

L’archon préleva le micro avec une surprenante agilité puis darda sur Othep un regard noir. Othep compris à cet instant ce que devait ressentir un explorateur malencontreusement égaré dans une marmite, prêt à être dévoré entre deux rituels païens.

"Il a perdu des poils.
- des poils ? mais je...
- il ne change pas de pelage à cette saison. Ta combinaison lui a fait perdre des poils. Tu m’avais dit qu’il ne lui arriverait rien.
- Mais ?? mais elle est conçue pour résister au vide et au froid, je peux pas t’en dire plus, c’est classé secret déf...arghhhh"

L’archon s’éloigna. Ses pas ébranlaient le sol de l’installation, pourtant conçue pour demeurer vaillante malgré un éventuel séisme. Non seulement cette bande lui fournirait de précieux et monnayables renseignements, mais en plus les derniers instants d’Othep constituaient un agréable bonus. Il lui faudrait la faire tourner en boucle, car l’agonie de sa victime fut intense mais brève. Quelles fiottes, ces Setites, tout de même. Au final, une nouvelle musique d’ambiance pour la caverne et un fameux moyen de pression pour éviter de se faire pourrir par tous ces cinglés...Une excellente journée.




Dans la même rubrique

mardi 20 juillet 2004
N°1. La Guerre des Modérateurs
par Karl Standford

mercredi 21 juillet 2004
N°3. Le retour du Prince
par Karl Standford

 
 

Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil